Extérieur, nuit.

De manière générale, Olivier Larivière porte son regard sur l’Homme et sa condition. L’ensemble de son travail est une tentative de mieux le comprendre et percevoir. Ses projets passés nous montrent l’errance d’individus dans différents espaces (touristes dans les musées, diverses figures anonymes “vagabondant“ dans des zones pavillonnaires, fêtes foraines ou terrains vagues), l’Homme en quête de son identité et du sens de la vie, nous questionnent sur le temps perdu, et sur les efforts constants de l’Homme pour s’évader de la réalité de la vie. Ces séries développent, d’une part, une relation entre le quotidien, le caractère terre-à-terre de la vie et la fatalité qui semble souvent/parfois nous poursuivre, et, d’autre part, ce qui tient trait à des événements ponctuels liés à la célébration, à la fête, ou au rêve.

Les personnages présents dans ses peintures agissent de manière indistincte. La finalité de leurs actions reste indéterminée. Leur vagabondage ne les rend pas moins prisonniers du poids du temps, du questionnement sur l‘objet de leur destination. La “sensation“, ou le “sentiment”, que l’artiste cherche à véhiculer est fortement associé à une forme d’incertitude de la raison, que l’on peut définir comme l’impression d’être “perdu dans les ténèbres et la confusion“.

Impossible de ne pas voir dans ces individus isolés, en quête d’ailleurs, une mise-en-abîme de notre propre condition humaine. Sous une apparence naturaliste, le peintre déploie des oeuvres qui renvoient le spectateur au centre de sa condition, avec ses peurs, ses désespoirs, son impuissance.

Les peintures d’Olivier Larivière développent une résistance à se livrer, à donner les clés des enjeux qui la traversent. Le spectateur semble plongé dans les scènes d’un film dont on ne lui a pas raconté l’histoire. La série Nothing is Forever recèle presque autant d’ellipses narratives que de peintures constituent la série, chaque peinture semblant liée, à l’origine ou la résultante d’une autre image. Elles invitent l’audience à la spéculation, la forçant à conjecturer divers scénarios. Le spectateur se plaît à chercher une cohérence entre ces toiles, et tâche d’y trouver un début, un milieu et une fin.



A partir d’images collectées sur internet, l’artiste essaie de peindre jusqu’au point de rupture de l’image, là où des “réalités abstraites“ réapparaissent, brisent l’intelligibilité immédiate du réel et révèlent quelque chose d’insaisissable. En s’appropriant des images issues de divers contextes, il crée un univers où ces images rendues autonomes par la peinture sont capables de suggérer des réalités autres que celles d’où elles sont nées.

Olivier Larivière vit et travaille à Paris.

Après un court passage par les Beaux-Arts de Paris en 2000, il obtient une bourse au mérite pour étudier à la School of Visual de New York en 2004, et est diplômé de l’Ecole Nationale des Arts Decoratifs de Paris en 2005. Il a obtenu depuis diverses résidences, notamment à la Cité internationale des Arts à Paris en 2006, à GlogauAIR à Berlin en 2009 et à la Casa de Velázquez (membre de l’Institut de France à Madrid, 2011-2012).

Il participe à de nombreux group shows en Europe, dont la Biennale d’Art Contemporain de Bourges en 2008, la Biennale de Cerveira au Portugal en 2009, au Kunstraum Kreuzberg à Berlin en 2009. Il participe en 2010 au XII Call International Artists de la Galerie Luis Adelantado à Valence en Espagne, et reçoit en 2011 le prix Gérard Fromanger lors du prix Antoine Marin qui récompense les jeunes figures montantes de la peinture contemporaine. Une exposition monographique de son travail a lieu à l’Institut Français de Madrid en 2012 et il participe à l’exposition collective Lost in Chaos à l’Institut Français de Milan en 2013.


IMG_1191
IMG_9032
IMG_1753

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Demandes professionnelles

Vous avez un projet intéressant et souhaiteriez que nous travaillions ensemble? Contactez mon galeriste Roberto :

rpolo@robertopolo.com

Galerie Roberto Polo
rue lebeau 8-12 lebeaustraat
1000 brussels, Belgium
tel +32 2 502 56 50

Demandes personnelles

Vous voulez me poser des questions sur mon travail et me rencontrer autour d'un verre? Envoyez-moi un email :

info@olivierlariviere.com

Ou avec
facebook
linkedin
instagram

All images on this site are subject to copyright © Olivier Larivière. All rights reserved